CONTES MAGIQUES. Tome 2: Contes du diable, Spézet, éd Coop Breizh, 2010.

Les contes ne sont pas des récits comme les autres. Leur rôle n’est pas seulement de nous divertir mais de nous faire tirer les enseignements des mondes singuliers qu’ils nous font découvrir.

Mais généralement cet aspect-là des choses n’est pas visible car les contes ne sont jamais présentés seuls mais avec d’autres récits qui tiennent du légendaire, de l’anecdote…, le tout situé dans un cadre local très restreint.

Pour la première fois, se présente une collection d’ouvrages composés uniquement de contes et réunis autour d’un même thème.

Ici, nous découvrons, au travers d’une quarantaine d’histoires, le monde du diabolique.

Dans ces récits, point de voyages dans des pays fabuleux. Non, l’action se passe généralement au village, en terre connue et le Diable en est le personnage principal.

Au fil des récits nous sommes témoins des moyens qu’il emploie pour lier commerce avec les humains. Mais ses ruses sont rarement couronnées de succès et le Malin porte bien mal son nom. Nous sommes très loin du diable que nous décrit l’église et qui fait peur.

Ici, c’est plutôt un « pauvre diable » que nous voyons évoluer, une créature pitoyable et risible, qui en voit « des vertes et des pas mûres », et que nous avons presque envie de plaindre tant il a de déboires dans ses entreprises.

Ces récits sont en fait les histoires qui se racontaient naguère aux veillées. Ce ne sont donc pas des textes littéraires, comme les contes de Grimm ou de Perrault, mais bien ce que l’on nomme la « littérature orale » populaire. C’est pourquoi ils dépassent rarement la dizaine de pages, et qu’ils sont donc racontables aux enfants notamment, dans un laps de temps très court.

Ces contes s’inscrivent dans un cadre régional et proviennent des grands collecteurs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

Mais, pour une fois nous avons des textes qui sont issus de tous les pays de Bretagne, du Vannetais, de l’Iroise, du Trégor, de la Côte d’Émeraude, de la forêt de Brocéliande, des marais de Redon ou de la presqu’île guérandaise….

Bonne rencontre avec ce singulier personnage !